Tickarts et légumes

Publié le par Compter les girafes

La remise des tickarts fut l'occasion d'expliquer, dans le discours d'introduction, les critères de choix des poèmes gagnants. Le voici :

 

"Sarah Floch et Yann Simon, du groupe Mi Alma,  qui parraine le jeu des poétickets cette année, chantent en Espagnol. Sarah a écrit des petits poèmes en Espagnol pour composer l’affiche du jeu en février dernier, et, pour la première fois depuis six ans nous avons reçu des poèmes en Espagnol ; une trentaine environ sur les mille poèmes qui furent composés cette année.
L’Espagne est à l’honneur de cette sixième cérémonie de remise des tickarts. C’est la raison pour laquelle les membres de notre association sont déguisés en concombres. En concombres innocents.
L’innocence du concombre est la caractéristique principale de ce légume sublime entre les légumes sublimes, et ce qui nous émeut, nous, humains, jusqu’à pressentir dans la cucurbitacée l’infiniment beau. Aussi le jury, quand il s’est réuni il y a un mois autour d’un verre, avait-il ce critère là davantage que tout autre à l’esprit au moment de désigner les poèmes gagnants : innocent comme un concombre.
Du reste, combien de poètes, et parmi les plus grands, ont  chanté le concombre depuis que le concombre existe. Victor Hugo :


Demain dès l’aube à l’heure où verdit le concombre
je partirai vois-tu je sais que le potager nous attend
etc


Plus près de nous, Jacques Prévert :
 

 

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Ce jour là

et nous regardions pousser les concombres

sur cette ville heureuse, sur l’arsenal, sur le bateau d’Ouessant
Ô Barbara quelle connerie la rumeur
Où sont-ils maintenant ces concombres invendus ?
 

 

Ou encore Alfred de Vigny, dont le vers immortel et tragique nous enseigne le sort de la condition légumière :


Dieu, que le chant du concombre est triste, le soir au fond des bois !


Précisons qu’on distingue à son chant le concombre Espagnol du concombre Breton. Le Concombre Espagnol :


Olé !


Le concombre Breton :
 

 

Kenavo !



Concombritude et concombrité furent donc les raisons qui poussèrent à choisir tel poéticket plutôt que tel autre. La concombrilescence aussi. Parmi les vainqueurs il se trouve un poème concombrilescent. Les enfants, vous n’écouterez pas.
Oh, ce ne fut pas facile. Nous avons reçu 1023 poèmes. Et encore, je dis 1023, mais nous en avons reçu un peu davantage. Une dizaine de poèmes supplémentaires, dont les auteurs portent des noms prestigieux : Baudelaire, Rimbaud, La Fontaine… Depuis que le jeu existe, en effet, des participants griffonnent quelques mots d’un poète fameux sur leur ticket. D’autres le poème tout entier. En six ans nous avons compté la participation de  Baudelaire, Rimbaud, La Fontaine, Paul Eluard, Socrate, Chantal Goya et Dora l’exploratrice. Cette année, il s’en est fallu d’un cheveu que Marcel Proust ne fut lauréat.
L’Espagne est à l’honneur de cette sixième cérémonie des tickarts. Qu’est-ce qu’un tickart ? Il s’agit  d’un ticket d’honneur signé des parrains, Sarah et Yann, collé sur un crayon fiché dans une gomme. Cette année, Compter les girafes est fière d’adjoindre à ce prestigieux trophée un cadeau splendide : un concombre.
Je déclare donc ouverte la sixième cérémonie de remise des concombres."

 

Commenter cet article